Information

Prévenir les risques de la vie courante

Le risque zéro n’existe pas, surtout dans la vie courante : à votre domicile, dans vos activités de sport et de loisirs, à l’école. Du bon sens et quelques précautions peuvent toutefois prévenir beaucoup des risques de la vie courante, en particulier pour les moins de 15 ans et les plus de 65 ans. Une étude de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) montre que les risques les plus fréquents sont les chutes (53,9 %), devant les coupures, morsures et piqûres (15 %), les coups, contacts ou chocs (13,6 %), les faux mouvements ou lumbagos (7,1 %), les brûlures (2,2 %), etc.

Tout petits : rangez, surveillez et donnez le bon exemple !

De 0 à 6 ans, le monde en général, et votre maison en particulier, sont pleins de pièges : électricité, sources de chaleur, petits objets, médicaments, produits ménagers, etc. Le premier réflexe est donc de mettre hors de portée des enfants tout ce qui peut représenter un danger, de la bouteille d’eau de javel (empoisonnement) à la cafetière (brûlure), en passant par les sacs plastiques (étouffement), les rallonges (électrocution)… Puisqu’il est impossible de tout prévoir, il faut aussi surveiller les enfants (en permanence quand ils commencent à se déplacer à quatre pattes puis debout), les protéger (siège avec attache, barrières de sécurité) et redoubler de vigilance dans les situations à risque (bain, proximité d’une piscine, balcon, fenêtres ouvertes…). Enfin, dès qu’ils sont en âge de comprendre, posez des interdits, expliquez les dangers et montrez le bon exemple.

En savoir plus

Le guide de l’INPES “Protégez votre enfant des accidents domestiques” détaille les bons réflexes à acquérir pour mieux protéger les tout petits.

Adolescents : patience et pédagogie.

L’adolescence est la période où l’on doit faire l’apprentissage de la vie et des risques qui vont avec. Vos meilleures armes sont alors la patience et la pédagogie : malgré les apparences, il arrive aux adolescents d’écouter ce que disent leurs parents. Vous devrez être particulièrement attentif aux conduites à risque, qu’elles concernent le sport (obligez-les à porter des équipements de protection pour des sports comme le vélo, les rollers, etc.) ou les addictions. Outre leur effet néfaste sur la santé, ces dernières augmentent les risques dans tous les domaines.

Adultes : réfléchissez et faites preuve de bon sens.

À l’âge adulte, la prévention des risques de la vie courante dépend surtout de votre bon sens. Il faut donc avoir le réflexe de repérer les risques pour s’en prémunir ou les éviter : ne pas ranger les objets lourds en hauteur, entretenir les appareils de chauffage pouvant produire du monoxyde de carbone, poser des détecteurs de fumée, adopter les bons gestes et postures pour manipuler des charges, etc. L’association Calyxis (qui regroupe des administrations, sociétés d’assurance de l’économie solidaire ou non, collectivités, laboratoires, etc.) propose de passer en revue les multiples risques de la vie courante et les moyens de les prévenir.

En savoir plus

Un site conçu par l’INPES détaille pièce par pièce les risques domestiques, mais aussi les causes et les effets de la pollution de l’air intérieur.

Seniors : adaptez votre logement.

Pour les seniors, c’est le risque de chute qui devient le plus important. Si seules la prudence et des précautions élémentaires peuvent les prévenir en dehors du domicile (chaussures adaptées et antidérapantes, aide à la marche, etc.), de nombreuses choses peuvent être faites pour dépister et réduire les risques de chutes dans le logement.

L’Assurance retraite propose d’autres services personnalisés de prévention : ils sont accessibles en contactant votre caisse régionale au 3960. Il existe enfin des aides spécifiques pour l’aménagement du logement des personnes âgées.