Solutions

Les bouleversements dans les relations parents/enfants

La recherche d’identité, l’opposition à l’autorité des parents, le mimétisme des copains, ou bien un profond mal-être… les adolescents passent parfois par des étapes difficiles face auxquelles les parents peuvent être bien démunis. Des éléments expliquent ces bouleversements dans les relations parent/enfant, et même si les professionnels s’accordent à dire que cette phase d’opposition est nécessaire à l’enfant (qu’elle marque le début de l’autonomie), elle n’en reste pas moins un moment douloureux. Vous vivez peut-être actuellement ce type de bouleversement ? Sachez que comprendre votre enfant est primordial et que vous pouvez recourir à des professionnels pour vous aider.

Votre enfant vit une période mouvementée

La crise de l’adolescence est à l’origine de bien des incompréhensions entre les parents et leur(s) enfant(s). C’est une période de confusion pour votre fils ou votre fille, qui marque le passage de l’enfance au monde adulte.
Votre enfant perd ses repères car son corps change, il manque de confiance en lui, il se sent incompris ou brimé, il est agacé par son désir d’émancipation et le fait d’être dépendant de vous financièrement…

Durant cette phase, votre enfant veut marquer sa différence et les désaccords avec vous s’intensifient rendant le dialogue délicat et parfois impossible.
La crise peut se manifester par des comportements extrêmes : fugues, consommation d’alcool ou de stupéfiants, violence envers les autres (délinquance, jeux dangereux) ou envers lui-même (anorexie, suicide)…

Les tensions relationnelles peuvent également provenir de difficultés que votre enfant rencontre dans son parcours scolaire.
Vous souhaitez le meilleur pour son avenir, mais les études ne le passionnent pas, il n’arrive pas à suivre à l’école, il ne trouve pas sa voie… Ces incompréhensions entre parents et enfants génèrent des tensions. Sachez qu’il existe des ressources externes que vous pouvez solliciter.

Rétablissez le dialogue

Ayez des échanges aussi fréquents que possible avec votre enfant, et n’évitez pas les sujets conflictuels. C’est en parlant des points de blocages que vous arriverez à vous comprendre et à maintenir la communication avec votre adolescent.

Si vous estimez que l’intervention d’une tierce personne, spécialisée dans ce domaine, s’avère nécessaire, vous pouvez vous adresser à :

  • un professionnel de la santé, tel qu’un psychologue,
  • un médiateur familial,
  • un organisme de soutien à la parentalité, tel que l’EPE-Ecole des parents et des éducateurs. Il s’agit d’une association de soutien familial, qui propose un accompagnement individualisé ainsi qu’un service d’écoute téléphonique.
  • les communes peuvent également proposer des réunions d’information ou autres dispositifs tournés vers les familles.

Votre enfant peut également exprimer le besoin de se confier, sans votre présence. Il existe pour cela des services dédiés aux jeunes. C’est le cas de Fil Santé Jeune qui dispose d’un site internet avec un forum et des fiches thématiques, et qui propose une ligne téléphonique gratuite pour répondre aux questions des jeunes de 12 à 25 ans.

En cas de détresse psychologique importante, l’association PHARE vient en aide aux parents et enfants pour les aider à surmonter leur mal-être et les aider à identifier les signes de risques suicidaires.