Précarité financière : comment l’éviter, comment en sortir

Un budget mal maîtrisé ou un accident de la vie (perte d’emploi, séparation, dépense imprévue, difficultés de santé…) peuvent entraîner des fins de mois difficiles et, si les déficits s’accumulent, déboucher sur la précarité, le surendettement, le report de soins , etc. Il ne faut donc pas attendre pour se faire accompagner et mobiliser les aides disponibles, afin que ces difficultés ne restent que passagères.

Maîtriser son budget en amont

Maîtriser un budget familial n’est pas aisé, d’autant que certaines dépenses sont contraintes, et incompressibles : logement, dont les frais ne doivent généralement pas dépasser le tiers des revenus, chauffage, électricité, eau, assurances, télécoms, impôts, frais de transport, crédits, pensions versées, etc. En enlevant de vos revenus ces charges fixes, vous obtenez le “reste à vivre”, qui doit vous permettre de faire face aux dépenses quotidiennes : nourriture, vêtements, entretien de la maison, fournitures scolaires, etc.

La première étape est de mettre noir sur blanc l’ensemble des ressources et dépenses du ménage. L’Institut pour l’Education Financière du Public (IEFP), association d’intérêt général agréée par le ministère de l’Education Nationale, met pour cela à votre disposition des outils simples de gestion du budget. Ils vous permettront notamment d’examiner vos dépenses, poste par poste, pour savoir où et comment vous pouvez les rationaliser, par exemple en cherchant les forfaits télécoms les mieux adaptés (téléphone, Internet, mobile).

Vous pouvez également repérer certains postes sur lesquels il est possible de bénéficier d’une aide : aide au logement de la Caisse d’allocations familiales, aide aux loisirs, accès à un logement social, aides financières à la scolarité, etc.

Pour éviter d’entrer dans la spirale de la précarité, des associations comme celles du réseau Crésus (voir encadré) proposent un accompagnement personnalisé pour étudier et mieux maîtriser son budget.

À qui s’adresser en cas de difficultés ?

La première aide est à chercher auprès des services d’assistance sociale. Renseignez-vous auprès de votre mairie qui pourra vous orienter vers son Centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS ou CIAS) ou vers le Centre départemental d’action sociale (CDAS, qui dépend de votre conseil général). Les intervenants de ces services vous apporteront un regard neuf sur vos difficultés et pourront soit vous aider à effectuer les démarches pour bénéficier d’une aide, soit vous orienter vers des structures spécialisées ou des associations pour obtenir un soutien.

Il existe également des aides spécifiques selon votre situation ou la nature des problèmes que vous rencontrez : Maison départementale des personnes handicapées ou MDPH, services d’action sociale de votre caisse primaire d’assurance maladie, de votre mutuelle, de votre institution de prévoyance (renseignez-vous auprès de votre DRH pour savoir si vous bénéficiez d’un contrat collectif), de vos caisses de retraite, etc.

Surendettement : comment en sortir ?

La précarité financière peut mener à une situation de surendettement. Outre l’accumulation des frais (intérêts cumulés, frais de recouvrement, etc.), cette situation peut mener à la menace d’expulsion de votre logement. S’il n’est pas possible de négocier avec vos créanciers un plan soutenable d’étalement des paiements, il faut saisir la commission de surendettement des particuliers pour aboutir à un plan de règlement de tout ou partie de la dette ou à une procédure de rétablissement personnel. Cette dernière permet l’effacement de la dette, mais entraîne la vente de tous les biens de la personne concernée quand elle en possède. Elle est complétée, en Alsace et en Moselle, par la procédure de faillite civile.

Cette procédure est toutefois lourde et complexe. Il vaut donc mieux être accompagné pour la mener à bien dans les meilleures conditions. Des associations comme celle du réseau Crésus peuvent vous y aider, ou vous pouvez recourir à l’assistance d’un avocat en bénéficiant de l’aide juridictionnelle.

À noter

Des associations comme celles du réseau Crésus accompagnent les personnes en situation de précarité financière ou de surendettement, non seulement pour la constitution d’un dossier auprès de la commission de surendettement, mais aussi en les aidant à négocier des plans de règlement avec leurs créanciers. Ces associations peuvent également avoir un rôle préventif en proposant des formations ou un accompagnement budgétaire individuel. N’attendez donc pas pour les consulter d’être en grande difficulté !