Solutions

Travailler tout en aidant un proche

47% des proches aidants sont actifs, c’est-à-dire qu’ils travaillent tout en accompagnant un proche. Une situation qui implique la conciliation entre ces deux rôles : celui d’aider un proche au quotidien et mener une activité professionnelle. Cette situation peut amener certains aidants à des situations difficiles, que ce soit en termes de gestion du temps ou encore vis-à-vis de son employeur ou bien encore le sentiment de ne pas être suffisamment en présence auprès de son proche. Quelles sont les solutions possibles ?

Aider un proche signifie-t-il arrêter de travailler ?

Certains proches aidants se retrouvent dans une situation complexe de devoir quitter leur emploi pour s’occuper d’un proche, faute d’aides professionnelles auprès de leur proche. Mais cela n’est pas systématique ; et c’est la raison pour laquelle, il est fondamental en premier lieu de regarder les aides existantes pour la personne malade que vous accompagnez.

Concilier son rôle d’aidant avec sa vie professionnelle

Nombre d’aidants qui sont en emploi l’attestent : conserver son travail est une bulle d’oxygène qui leur permet d’avoir une vie à eux et ne pas être dans une relation exclusive avec leur proche. Même si certains temps de travail sont consacrés à téléphoner au service d’aide ou s’assurer auprès de son proche que tout est en ordre, il n’en reste pas moins fondamental de poursuivre l’activité professionnelle. Ne serait-ce que pour des raisons financières !

Il est conseillé d’évoquer cette situation avec son employeur. Certaines dispositions peuvent être mises en œuvre pour favoriser cette conciliation, notamment par l’aménagement des horaires de travail, la possibilité de bénéficier de crédit-temps, etc. En outre, certaines conventions collectives prévoient des dispositifs spécifiques.

Enfin, sachez que la loi prévoit la possibilité de voir un aménagement de ses horaires de travail lorsque l’on accompagne un proche en situation de handicap (article 24 de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées).

Cesser momentanément son activité professionnelle

Des congés existent permettant aux aidants de disposer de temps pour accompagner un proche. Pour en savoir plus, consulter l’article « Congés ».

Par ailleurs, l’aidant peut, à certaines conditions, dans ce cadre bénéficier de l’affiliation gratuite à l’assurance vieillesse, permettant ainsi de continuer à cotiser pour sa retraite. Attention, cette démarche est à fait dès le début du congé, cette disposition n’étant pas rétroactive.

En savoir plus

www.aidants.fr : dossier thématique « Concilier vie d’aidant et vie professionnelle »

Revue de Proximologie, Aidants et entreprises. Conciliation ou réconciliation ?, septembre 2010